Comme une saignée dans le paysage

Publié le par Moins de décibels

Dans un article scientifique sur l’aménagement des communications transpyrénéennes en vallée de l’Ariège, depuis les année 1800 jusqu’à nos jours, une chercheuse du CNRS de Toulouse, Christine Vergnolle Mainar, trace l’évolution dans le temps des infrastructures routières en Ariège.

DSCI0024 edited

Entrée du village de Saint-Jean de Verges : joggeurs au pied du mur de soutien
de la 2x2 voies et devant la chaîne du Plantaurel éventrée.


« L’un des premiers aménagements réalisés se situe à Saint-Jean de Verges, entre Pamiers et Foix. Il s’agit d’une tranchée qui incise totalement le premier chaînon du Plantaurel et qui apparaît comme une saignée dans le paysage, quel que soit le point d’observation retenu ». On ne peut pas être plus clair.

Et elle conclut son article : « La configuration de la vallée, pourtant localement très étroite, la disposition et la géométrie des massifs qui l’encadrent, ne sont pas présentés comme des obstacles à la réalisation des infrastructures de transport. L’environnement politique et la localisation des activités apparaissent comme nettement plus déterminants que la topographie… » 

Christine Vergnolle Mainar GEODE, CNRS, IUFM Toulouse. « Le choix des tracés routiers en zone de montagne : la traversée ariégeoise des Pyrénées »
  

Publié dans Au fil de l'actualité

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article